La guerre et la honte. Tugan Sokhiev : infinie tristesse

Le directeur musical et chef de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse depuis 2008, Tugan Sokhiev, démissionne de sa fonction « avec effet immédiat », a-t-on appris hier soir.

Tugan Sokhiev – ©Maxppp – Thierry Bordas pour La Dépêche du Midi

Prendre la suite de Michel Plasson, titulaire de la même fonction pendant 35 ans, était un pari difficile qu’il a tenu avec brio puisqu’il a maintenu sa phalange au plus haut niveau des orchestres français, la faisant rayonner bien au-delà de Toulouse, invitée régulièrement de la Philharmonie de Paris pour ne citer qu’elle, et des plus grandes salles du monde.

Un chantage inique

Par courrier du 2 mars, le maire de Toulouse a sommé l’artiste « de s’exprimer auprès des Toulousains sur la situation actuelle. Il sait que nous sommes régulièrement questionnés, notamment en tant que ville jumelle de Kiev, par la presse, les spectateurs, les musiciens sur sa vision de l’actualité ». Ce dernier membre de phrase « il sait que… » est à vomir tant on sent le mensonge et la couardise dans l’imprécision des mots : quand on dit « tout le monde », c’est bien souvent que ce n’est personne. Et qui, « nous » ? « Sa vision de l’actualité » : quelle honte ! L’ingratitude de ces mots froids et secs voire mensongers nous prend à la gorge. On sait le lien affectueux que le maestro a tissé en 14 ans avec son public, la confiance de ses musiciens et celle des artistes invités à la Halle aux Grains.
Son confrère Valery Gerghiev avait publiquement et à de nombreuses reprises affiché sa proximité avec V. Poutine. Il n’était pas question de musique, mais de politique. Il était dès lors inévitable que lui fussent posées des questions ; refusant d’y répondre et de condamner la guerre, il a été banni de toutes les scènes occidentales et des postes qu’il y occupait. On avait déjà ressenti un grand malaise et une grande tristesse tant on admire l’artiste sans connaître l’homme.

Rétrospectivement, le sourire du maire est pitoyable
photo ©Twitter/Jean-Luc Moudenc

Jamais, jamais Tugan Sokhiev ne s’était exprimé sur aucun autre sujet que la musique. La question même qui lui fut posée par le maire de Toulouse est proprement honteuse et indigne d’un élu de la République. L’art n’a pas à entrer dans de telles considérations.

Dans le même temps, est supprimé le festival Les Musicales franco-russes de Toulouse qui avait pour objectif le « dialogue » et les « échanges culturels » entre la France et la Russie et dont Tugan Sokhiev était le directeur artistique. Le dialogue…

Obliger un Être à s’expliquer et prendre position sur un événement auquel il est entièrement étranger est une honte absolue, une injustice totale. Le procès d’intention est exécrable, contraire aux principes fondamentaux du droit et avant cela même, de l’honneur et de la décence. On n’imaginait pas que cela pût arriver aujourd’hui en France.

La double réponse de l’artiste

Dans une longue lettre en anglais postée sur Facebook, Tugan Sokhiev s’est exprimé après une réflexion que l’on imagine pénible et douloureuse. C’est un beau et grand texte que l’on reproduit ici, sans même en avoir demandé l’autorisation, tel que Sokhiev l’a édité et sans le traduire de peur de le trahir. Il est suffisamment explicite et clair ainsi. La deuxième réponse est sa démission simultanée de directeur musical du Théâtre du Bolchoï de Moscou. Le maître aurait pu s’en tenir à cette dernière, la réponse au maire de Toulouse eût été limpide. Celle de l’ONCT est d’une grande dignité et répond avec honneur à la bassesse du maire de Toulouse.

« I know that many people were waiting for me to express myself and to hear from me my position on what’s happening at the moment.
It took me a while to process what is happening and how to express those complex feelings that the current events provoked in me.
First of all I need to say most important thing: I have never supported and I will always be against any conflicts in any shape and form. For some people even to question my desire of peace and think that me, as a musician could ever speak for anything other than Peace on our planet is shocking and offensive.
During various catastrophic geopolitical events our humanity faced during last twenty years of my career, I always remained with my fellow musicians and we always, together, shown and expressed the support and compassion for all the victims of those conflicts. This is what we musicians do, we express things with music, we say emotional things with music, we comfort with music those who need it. We musicians are the lucky ones to be able to speak this international language that can sometimes express more than any words known to civilisation.
I am always very proud to be a conductor who comes from such a rich cultural country as Russia and I am also very proud to be part of rich french musical life since 2003. This is what music does. It connects people and artists from different continents and cultures, it heals souls across the boarders and gives hope for peaceful existence on this planet. Music can be dramatic, lyrical, funny, sad but never offensive! This is what my very fruitful partnership with great Toulouse orchestra has proved. This is what my fantastic ensemble of Bolshoi Theatre was showing me every time I conducted performances with them in Russia or on tour in Europe. Both in Toulouse and in Bolshoi Theatre I regularly invited Ukrainian singers and conductors. We never even thought about our nationalities. We were enjoying making music together. And it still remains the case. This is why I started Franco-Russe festival in Toulouse, to show everyone that people of France and Russia are connected historically, culturally, spiritually and musically and that I am proud of this connection between our two great countries that I love. This festival is being opposed today by the politicians and administrators in Toulouse. What a shame. And they want me to express myself for peace! I believe that this festival can achieve more in building bridges than political words.
During last few days I witnessed something I thought I would never see in my life. In Europe, today I am forced to make a choice and choose one of my musical family over the other.

I am being asked to choose one cultural tradition over the other.
I am being asked to choose one artist over the other.
I am being asked to choose one singer over the other.
I will be soon asked to choose between Tchaikovsky, Stravinsky, Shostakovich and Beethoven, Brahms, Debussy. It is already happening in Poland, European country, where Russian music is forbidden.
I cannot bare to witness how my fellow colleagues, artists, actors, singers, dancers, directors are being menaced, treated disrespectfully and being victims of so called “cancel culture”. We as musicians are given extraordinary chance and mission to keep human race kindhearted and respectful to each other by playing and interpreting those great composers. We musicians are there to remind through music of Shostakovich about horrors of war. We musicians are the ambassadors of peace. Instead of using us and our music to unite nations and people we are being divided and ostracised.
Because of everything that I have said above and being forced to face the impossible option of choosing between my beloved russian and beloved french musicians I have decided to resign from my positions as Music Director of Bolshoi Theatre in Moscow and Orchestre National du Capitole de Toulouse with immediate effect. This decision should confirm to everyone concerned that I am a very lucky person, to be able to know Bolshoi Theatre artists and Toulouse orchestra musicians. It is always a privilege to make music with all wonderful artists from those two institutions and I will always stand by them as MUSICIAN!!!!! »

« Je suis sommé de choisir entre une culture et une autre.
Je suis sommé de choisir entre un artiste et un autre.
Je suis sommé de choisir entre un chanteur et un autre.
Bientôt je serai sommé de choisir entre Tchaikovsky, Stravinsky, Shostakovich et Beethoven, Brahms, Debussy. »

Fra Angelico
Retable du Martyre de Saint Pierre de Vérone, Dominicain poignardé par les hérétiques, écrivant « Credo » de son sang, sur le sol – Détail – Musée San Marco de Florence

Sources
Guilhem Pouiol, ActuToulouse, 6 mars 2022
Page Facebook de Tugan Sokhiev, 6 mars 2022

6 commentaires sur “La guerre et la honte. Tugan Sokhiev : infinie tristesse

  1. Dans quel monde avons-nous basculé !?

    Les sanglots longs
    Des violons
    De l’automne
    Blessent mon coeur
    D’une langueur
    Monotone.

    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l’heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis scandalisée par les propos de Monsieur Moudenc. C’est une honte. La réponse de Tughan Sokhiev, que j’admire profondément est remarquable, d’une grande profondeur et d’une intense sensibilité, reflet de sa belle âme dont le monde a tant besoin en ce moment. Quelle tristesse !

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis Russe de père. A 70 ans, je suis blessé par le pays « de la moitié de moi-même ». Les Russes ne sont pas des barbares, malheureusement, les dirigeants le sont.
    Tugan Sokhiev est un grand Maestro qui a maintenu et fait vivre l’orchestre de Toulouse au niveau où l’avait amené Michel Plasson, le « virer » comme un mal-propre est indigne. Honte au Maire de Toulouse.

    Aimé par 1 personne

  4. Merci monsieur pour votre article si touchant et si juste.
    Je suis triste du départ de Tugan Sokhiev dans de telles conditions, après l’avoir tant de fois applaudi.
    Tout mon soutien et mon admiration à Tugan.

    Aimé par 1 personne

  5. Nous avons assisté à presque tous les concerts de l’orchestre du Capitole à la halle aux grains depuis l’arrivée de Tugan Sokiev àToulouse il y a plus de 16 ans
    C’était chaque fois magique et jubilatoire de ressentir cette osmose entre un chef et son orchestre
    Nous sommes consternés par cette sommation faite à Tugan , qui s’est toujours exprimé pour la Paix au delà des mots
    C’est la désolation et nous partageons la peine de Tugan Sokiev et de ses musiciens bien aimés

    J’aime

Répondre à Marie-Agnès Domin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s