Biarritz : désorientation budgétaire

D’emblée Madame le Maire plie le match : chaque délégué expliquera son action, et une réponse collective sera faite aux interventions de l’opposition. C’est une manière d’empêcher tout débat sur le rapport d’orientation budgétaire à l’ordre du jour du Conseil municipal de ce 12 décembre : après de longues présentations, chacun ira de son mot et la discussion sera close.

Défaillance du document

Trois cent cinquante pages d’un texte illisible par ses incohérences, ses répétitions, son style administratif lourd et maladroit dont toute l’opposition se plaindra, seule manifestement, à l’avoir lu in extenso. C’est une autre manière de plier le débat que de présenter une somme illisible, puis de la commenter après deux heures et demie d’une roborative déclinaison, délégation par délégation, essentiellement de bilan des services depuis 2020. Quasiment rien sur les actions à engager, puisque, de toute manière, « notre projet c’est de faire ce que les biarrots nous ont demandé » répète à l’envi Madame le Maire.

Débâcle de la volonté politique

Aux questions de l’opposition, elle-même et son adjoint aux finances répondront « nous y réfléchissons », « c’est une vraie question », « nous n’avons pas de parti pris », « vous avez raison, on y réfléchit, mais nous n’avons pas de projet pour l’instant », « des besoins gigantesques et nos réponses ne sont pas à hauteur des demandes », « nous partageons votre inquiétude, mais ne pouvons faire autrement », « des infrastructures vieillissantes qui méritent largement plus que ce que nous allons faire ». Désespérant.
Fort de son expérience, Monsieur Destizon fera remarquer qu’à mi-mandat, rien de ce qui n’est déjà engagé ne sera réalisé.

Dégradation du service

Dans une brillante intervention, Madame Brao fera remarquer que rien dans la politique sociale n’a été envisagé pour l’adapter aux crises successives dont les plus précaires d’entre nous subissent les effets de plein fouet.
Aguilera n’a pas avancé à cause de la Communauté d’Agglomération Pays basque. Les navettes ne fonctionnent plus comme avant à cause du syndicat des mobilités (CAPB). Rien n’est fait de préventif pour la qualité des eaux de baignade, compétence de la CAPB. Mais Biarritz reversera intégralement la taxe d’aménagement à la CAPB alors que ce n’est plus obligatoire. Mais où est le service aux Biarrots ? Qui défend les intérêts de notre ville à l’agglo ? Qui gère et protège l’impôt du contribuable ?
Le grand projet du Polo ? En berne.
Le projet immobilier de l’USB ? En berne.
Le projet du Royal ? En berne.
Le projet du Salon Diane ? En berne.
L’amélioration des eaux de baignade ? En berne.
Le projet de ferme urbaine ? En berne.
Le projet de déménagement du CCAS ? En berne.
Le plan arbre ? En berne (ah ! les prunus de l’avenue Foch ! Abattus pour une sotte bande cyclable déjà supprimée).
Le Jardin public ? En berne (mais gare au projet à venir !)
Le service de la Langue basque ? En berne.
La requalification de la rue Gambetta ? En berne, hormis pour le bas.
Le confortement des falaises ? En berne.
Les nouveaux logements ? En berne.
La stratégie touristique ? En berne.

Décomposition touristique

Le plus désolant est le volet tourisme de ces orientations. Pour une station touristique de premier plan, il représente tant d’enjeux : les débouchés économiques, le logement à l’année, l’emploi, l’hébergement et l’accueil des touristes, celui des travailleurs saisonniers, les déplacements, les nouvelles pratiques touristiques nées de la téléconférence, comme les « résidences secondes » et une nouvelle stratégie pour les congrès.
Une page ! Une page de ce document d’orientation est consacrée au tourisme. L’adjoint au tourisme (s’il pouvait éviter de manger pendant le conseil, le spectateur lui en saurait gré), à son tour de parole, dévoilera le grand projet des trois ans à venir : l’ouverture d’une boutique de souvenirs à Javalquinto. Comme disent les d’jeun’s : on rêve ! C’est à ne pas croire.

On est terriblement inquiet pour le tourisme et pour Biarritz Tourisme. On flaire de loin venir son démantèlement après son délabrement. La majorité portera alors une bien lourde responsabilité. Sans projet stratégique avec une vision de ce qui doit se faire, le tourisme est destiné au déclin.

Décrépitude de l’imagination

Mais de grands projets Madame le Maire ne veut pas. Dans un mouvement d’humeur, mi-agacée, mi-sarcastique, elle taxera ses opposants « d’élus démodés voulant de grands projets. Mais les grands projets, c’est l’époque Borotra, c’est y’a trente ans ! On se faisait élire sur de grands projets, on faisait de grandes médiathèques, on faisait des rénovations de bâtiments qu’on entretenait bien sûr pas ». Son adjoint aux finances, également délégué à « l’impulsion des grands projets » aura probablement apprécié.
Comme c’est révélateur : la médiathèque n’est qu’un outil coûteux ! La rénovation du Casino municipal et de l’Espace Bellevue sont des investissements inconsidérés ! L’EHPAD Notre Maison, investissement lourd, est-il superfétatoire ?
Sur quelle ville règnerait Madame le Maire si, ces trente dernières années, une politique volontariste ne l’avait considérablement transformée ?
Et dans quel état l’abandonnera-t-elle ?

Lire aussi : Un mauvais compte de Noël

6 commentaires sur “Biarritz : désorientation budgétaire

  1. Merci pour cette synthèse d’un exercice qui ne semble ni dynamique ni captivant.Vous répétez souvent : berne,berne,berne. Cela m’a suggéré que l’équipe municipale serait en burn out.Cette fuite en avant témoignerait d’une frilosité et d’une crainte de ne pas assumer des critiques ou des déceptions de la part de la population biarrote.au nom de quoi notre financier ressort un de ses cours de HEC qui consiste à jouer l’humilité et la modestie. Une ville a besoin d’utopie , de projets et faire l’impossible sans le savoir… mais je suis un peu Cassandre . Il faut quand même secouer le pommier avant que les fruits pourrissent.

    Aimé par 1 personne

  2. Avec ce texte qui décrit bien ce qui se passe a Biarritz depuis l’élection tronquée de
    Mme Arosteguy les biarrots vont peut être enfin comprendre qu’il n’ya pas que les supporters du BOPB et tout les sportifs utilisant le plateau Aguilera qui ont été grugés par la nouvelle municipalité
    Peutbetre que toutes ces manigances et toutes ces magouilles vont enfin être
    Connues publiquement
    Biarritz doit rester Biarritz et non etre au service de la CAPB

    Aimé par 1 personne

  3. Il faut commencer a rembourser l’endettement de notre ville avant de voir de nouveaux projets ,et ne pas se faire manipuler par une entreprise privée qui gère notre club fanion .
    Je ne suit pas du bord politique de notre Maire mais je respecte certains choix sur la politique financière de notre ville

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s